Doctorat en stratégie

L’équipe Stratégies du Cnam propose un doctorat en sciences de gestion dans la spécialité stratégie.

Le doctorat nécessite un master, idéalement en sciences de gestion, et se déroule sur un minimum de trois années. La préparation s’effectue au sein de l’école doctorale Abbé-Grégoire et du Lirsa sous la supervision d’un professeur directeur de la thèse. Le doctorat confère le grade de docteur du Cnam, accrédité par le ministère de l’Enseignement supérieur.

Ce parcours doctoral est essentiellement destiné à des candidats qui souhaitent se former aux méthodes de la recherche pour contribuer à la production de connaissances nouvelles attestées par des publications dans des revues académiques avec évaluation en double aveugle, et pour ainsi prendre part aux activités de la communauté des chercheurs dans la discipline. Le programme doctoral est ainsi une étape clé permettant d’accéder à l’enseignement supérieur.

Les praticiens qui n’entendent pas se reconvertir pour entrer dans l’enseignement supérieur mais qui souhaitent conduire un travail de réflexivité sur leur expérience professionnelle en l’enrichissant d’une plongée dans la littérature académique, sans pour autant viser à apporter de contribution théorique majeure, peuvent plutôt s’orienter vers le programme DBA : Doctorate of Business Administration.

Les professeurs Alain Bauer, Olivier Basso, Thomas Durand, Nicole Gnesotto, Maurice Thévenet et Christophe Torset encadrent des doctorants.

Témoignages

« J’ai fait ma thèse de doctorat au Cnam. Mon professeur m’a aidée à accéder à un terrain de recherche dans un grand groupe international où j’ai étudié la façon dont les acteurs s’y prenaient pour trouver le temps d’explorer une idée qui leur tenait à cœur, pour créer de nouvelles activités, malgré la pression opérationnelle du quotidien. D’une certaine façon, ma thèse a étudié les mécanismes de l’intrapreneuriat, c’est-à-dire l’entrepreneuriat interne à une organisation, ce que la littérature désigne aussi sous le terme d’entrepreneuriat organisationnel. Ce parcours de thèse a été pour moi très formateur. J’ai fait un séjour de recherche de plusieurs mois à Dublin. Je suis passée par le programme Cefag de la Fnege. Une fois docteur, j’ai été qualifiée par le conseil national des universités et j’ai été recrutée sur un poste de Maître de Conférences dans ma région d’origine, à l’Université de Toulouse Paul Sabatier. J’ai eu la chance d’être nominée pour le prix de thèse de l’association internationale de management stratégique (AIMS) et d’être parmi les trois finalistes du prix de thèse de la Fabrique de l’industrie ». Lucie Puech, docteur du Cnam en sciences de gestion, MCF Université de Toulouse Paul Sabatier.

« Je suis actuellement en thèse au Cnam, employé dans le cadre d’un contrat doctoral. Je travaille sur les conséquences stratégiques de l’impression 3D et plus généralement sur la conception et la fabrication digitales. Je cherche à anticiper les transformations auxquelles on peut s’attendre dans les chaînes de valeur (en fait la littérature suggère plutôt de parler de réseaux de valeur) de différentes industries. J’ai suivi les séminaires de formation de l’école Abbé Grégoire et un séminaire européen pour concevoir son projet doctoral (EIASM). Je suis parti pour 5 mois de recherche dans une équipe partenaire de recherche à l’université de Cambridge. Depuis deux ans, j’ai été amené à dispenser des enseignements à des auditeurs du Cnam. J’ai aussi contribué à organiser deux conférences académiques au Cnam. C’est très enrichissant. Ce parcours de thèse est vraiment passionnant. C’est à la fois beaucoup de liberté et énormément de travail. Je conduis mes recherches sous supervision de mon directeur de thèse, et, en même temps, j’apprends à être autonome. Je me prépare à une carrière dans l’enseignement supérieur de management. J’avais eu une expérience intéressante de consultant après mon master mais je suis plus attiré par la richesse intellectuelle de la vie académique ». Benoit Tézenas du Montcel, doctorant en stratégie au Cnam.