Cnam / Musée national de l’histoire de l’immigration / Migrations, asile, exil

Coexistences interreligieuses

cycle-conferences-migrations-asile-exil

17 janvier 2018
18h - 20h

Musée national de l’histoire de l’immigration
Auditorium du Palais de la porte Dorée
293 avenue Daumesnil
Paris 12
Quelles relations entre les migrations contemporaines et les formes de coexistence des trois religions monothéistes ?

Dans l’Europe marquée par le retour des tensions entre des religions et des identités qui se vivent comme concurrentes ou ennemies, les migrations ne favorisent-elles pas aussi des brassages et des rencontres entre des fidèles de confessions différentes ? Comment s’appuyer sur des expériences de lieux partagés, de rites communs ou sur les parcours de « bâtisseurs » de paix, pour construire un dialogue inter-religieux et un discours d’hospitalité ?

  • Avec les interventions de Dionigi Albera, anthropologue et directeur de recherche au CNRS, Institut d’ethnologie méditerranéenne, européenne et comparative, Manoël Pénicaud, anthropologue, chargé de recherche au CNRS, Institut d’ethnologie méditerranéenne, européenne et comparative, commissaires de l’exposition Lieux saint partagés du Musée national de l'histoire de l'immigration,
    et Élie Barnavi, historien, diplomate israélien, professeur émérite d’histoire de l’Occident moderne à l’Université de Tel-Aviv, conseiller scientifique auprès du Musée de l’Europe à Bruxelles.
    Table ronde animée par Le Monde des religions.
    En savoir plusLa conférence sera précédée d’une visite gratuite de l’exposition Lieux saint partagés à partir de 16h30.

Entrée sur inscription gratuite : evenements@cnam.fr

Le cycle de conférences Migrations, asile, exil, né d’un partenariat entre le Cnam et le Musée national de l’histoire de l’immigration, croise les regards de chercheurs, de personnalités associatives et institutionnelles, d’artistes, et favorise les échanges avec le grand public.
Depuis l’été 2015 et la « crise des migrant·e·s» les deux institutions ont souhaité prendre une part active pour engager le dialogue et les confrontations d’idées sur ce thème complexe et souvent simplifié, et proposent d’étudier les mouvements de populations dans leurs dimensions historique, politique, démographique, anthropologique, sociologique, économique, géographique, linguistique… dans une perspective interdisciplinaire.